Nombre de Terriens le 10/06/19 : 7 710 000 000 Lecteurs & acteurs
DEVELOPPEMENT DURABLE
Chiffres et statistiques

  • Démographie et lendemains incertains (archives)
  • Ressources vitales
  • Manque d'énergie
  • Déchets durables !
  • Aléas climatiques et catastrophes naturelles
  • Ecosystèmes et biodiversité
  • Le Développement Durable. Pourquoi ?
  • Le changement climatique
  • Informations extraterrestres
  • Les trames vertes et bleues
  • Biodiversité en danger
  • Ecotourisme
  • Les pays les plus riches en hydrocarbures
  • Théorie du Big Bang
  •  Ecotourisme
    28/09/11 - FAO: L'écotourisme peut jouer un rôle vital dans le maintien de forêts saines

    New York - L'essor continu de l'écotourisme peut sauver les forêts en danger ou les détruire, selon la façon dont l'expansion du tourisme est gérée, a mis en garde mercredi un partenariat international pour la conservation et l'amélioration des forêts.

    Le Partenariat de collaboration sur les forêts (PCF), composé de 14 partenaires, dont l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), a publié son point de vue sur la relation entre l'écotourisme et l'industrie forestière alors que l'ONU a célébré cette semaine la Journée mondiale du tourisme et que 2011 est l'Année internationale des forêts.

    Le tourisme a montré sa résilience dans le contexte actuel de ralentissement économique mondial. Globalement, l'industrie du tourisme a généré plus de 1000 milliards de dollars en 2010, selon l'Organisation mondiale du tourisme (OMT). Et la part du tourisme dans les pays en développement est en hausse constante, passant de 31% en 1990 à 47% en 2010.

    « Le tourisme durable a montré qu'il était l'un des moyens les plus efficaces pour fournir des opportunités économiques et des emplois aux communautés locales tout en protégeant les ressources naturelles de la planète », a déclaré le Secrétaire général de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), Taleb Rifai.

    L'écotourisme, caractérisé par le concept de voyage responsable dans les espaces naturels qui favorisent la conservation de l'environnement, est l'un des segments les plus dynamiques du tourisme mondial, et croît à un rythme de plus de 20% par année - deux à trois fois plus vite que l'industrie du tourisme dans son ensemble.

    « Beaucoup de gens pensent : 'nous ferions mieux de le voir pendant que c'est encore là' quand il s'agit de visiter les forêts menacées ou les espèces sauvages menacées d'extinction », a déclaré un haut responsable de la FAO, Patrick Durst, travaillant en Asie.

    L'écotourisme peut motiver les collectivités locales à maintenir et protéger les forêts et la faune. Lorsque la population locale tire des revenus et des emplois de l'écotourisme, elle est beaucoup moins susceptible de détruire les ressources naturelles à travers une exploitation non durable.

    Les avantages de l'écotourisme pour les entreprises locales sont considérablement plus élevés que ceux du tourisme de masse. Les voyages forfaits tout-compris génèrent généralement seulement 20% de revenus aux entreprises locales, alors que le reste revient aux compagnies aériennes, aux hôtels et aux grandes agences de voyages. En revanche, les activités locales d'écotourisme qui emploient localement et sont basées localement peuvent rapporter 95% des revenus à l'économie locale.

    Toutefois, l'incapacité à limiter le nombre de touristes sur des sites populaires peut rapidement surcharger les écosystèmes et causer des dégâts à des ressources naturelles fragiles, parfois de façon permanente.

    En outre, comme souvent lorsqu'il y a des profits à faire, il y a un risque que des gros opérateurs évincent les petits opérateurs locaux. Sous couvert d'écotourisme, des entreprises peu scrupuleuses ont parfois consciemment ou inconsciemment introduit des influences négatives au sein de la population locale, perturbé l'économie locale et terni des cultures autochtones uniques. Dans certains cas, les peuples autochtones ont même été déplacés ou dépossédés de l'accès traditionnel aux espaces naturels.

    Ces dernières années, la FAO a fourni une assistance technique à un certain nombre de pays, dont l'Égypte, la Hongrie, le Laos, les Philippines et la Tunisie, pour développer l'écotourisme dans le cadre d'une utilisation durable des forêts. Avec l'appui du Fonds mondial pour l'environnement (FEM), la FAO a récemment commencé à mettre en ?uvre un programme de 18 millions de dollars en collaboration avec les îles du Pacifique (Fidji, Niue, Samoa et Vanuatu) visant à développer l'écotourisme comme une composante majeure de la gestion durable des forêts.

    Communiqué de Presse du 21/09/11
    Communiqué de Presse du 19/09/11
    Communiqué de Presse du 12/09/11

    Communiqué de l'Organisation des Nations Unies


    01/09/11 - Costa Rica: L'écotourisme peut-il avoir des conséquences négatives ?

    Pionnier de l'écotourisme depuis environ 20 ans, le Costa Rica est un modèle en la matière et voit son affluence touristique augmenter d'année en année. A tel point que les valeurs de base de préservation de l'environnement s'en trouvent bouleversées.

    San José - Petit territoire de 51100 km², le Costa Rica abrite 6% de la biodiversité mondiale ; on y a recensé 13000 variétés de plantes et plus de 160 espèces de mammifères! Le pays est une merveille de la nature, en plus d'être une terre volcanique (pour information, 7 volcans sont actifs sur les 116 existants). 30% de ces paysages hors du commun sont des espaces protégés et le Costa Rica compte 33 parcs nationaux. Toutes les conditions étaient requises pour faire de ce petit pays mésoaméricain, très stable politiquement malgré une période sombre, le paradis de l'écotourisme! Le Costa Rica est devenu au fil des ans la première destination touristique d'Amérique centrale, avec 48% de touristes en provenance des Etats-Unis. Le lieu fait rêver et attire à présent des visiteurs du monde entier, séduits aussi par le fait d'y passer des vacances éco-responsables.

    Surnommé par certains "le paradis de l'or vert", le Costa Rica fait recette. La croissance économique liée au tourisme est fulgurante ; cela a permis notamment durant la dernière décennie de voir se développer bon nombre de nouveaux emplois, auxquels les costaricains n'avaient pas accès auparavant. En effet, l'agriculture a très longtemps été la principale source de revenus pour la majorité de la population. Si le peuple a réellement pris conscience de son environnement (la moitié des visiteurs des parcs nationaux seraient des locaux), l'écotourisme a aussi sa part d'ombre ...

    La côte Pacifique peut voir se développer de grandes chaînes hôtelières et est à présent menacée par le bétonnage, ce qui inquiète les écologistes. Des plages jusque là sauvages et préservées sont prisées des hôtels et restaurants, de même que la forêt vierge; ceux-ci veulent promouvoir l'écotourisme afin d'attirer les clients,alors que leur préoccupation reste la rentabilité et non la sauvegarde de l'environnement. La plupart des eaux usées ne sont d'ailleurs pas retraitées. Le tableau idyllique est mis en péril par les prémices du tourisme de masse et le gouvernement va probablement devoir sévir dans un futur proche.

    A moins qu'il soit possible de concilier écotourisme et tourisme balnéaire , il est nécessaire de rappeler que le Costa Rica (baptisé ainsi par Christophe Colomb) demeure très fragile...Un choix devra t-il être fait?

    Source: amerique24.com - Auteur: Aurélie Falleau

     Tiré à part 

    Le "Journal Communautaire Interactif ©" est une création @picom  - e-mail : journal@j-c-i.com
    Informations légales
    Propositions
    d'articles ou d'anecdotes
       Géosciences
       Environnement
     
    Propositions de photos,
    schémas ou dessins
       Réception iconogaphie
     
    Boîte à lettres
    vos questions & nos réponses
       Courrier des lecteurs
     
    Nos coordonnées