Nombre de Terriens le 10/06/19 : 7 710 000 000 Lecteurs & acteurs
DEVELOPPEMENT DURABLE
Chiffres et statistiques

  • Démographie et lendemains incertains (archives)
  • Ressources vitales
  • Manque d'énergie
  • Déchets durables !
  • Aléas climatiques et catastrophes naturelles
  • Ecosystèmes et biodiversité
  • Le Développement Durable. Pourquoi ?
  • Le changement climatique
  • Informations extraterrestres
  • Les trames vertes et bleues
  • Biodiversité en danger
  • Ecotourisme
  • Les pays les plus riches en hydrocarbures
  • Théorie du Big Bang
  •  Les trames vertes et bleues
    France: La Trame verte et bleue, pour réconcilier nature et aménagement du territoire

    llustration : Le projet Trame Verte de la Zac des Bords du Lac à Aix les Bains

    Paris - La Trame verte et bleue est lancée. Objectif : rétablir un réseau de continuités écologiques dans les milieux terrestres (couleur verte de la Trame) et aquatiques (couleur bleue), conciliant préservation de la nature et développement des activités humaines.

    Le coup d'envoi de la Trame verte et bleue vient d'être donné avec l'installation, le 18 octobre 2011, d'un Comité national par Nathalie Kosciusko-Morizet et Benoist Apparu. Cette démarche compte parmi les "engagements phares" du Grenelle de l'environnement. Elle a pour but de réconcilier la nature et l'aménagement du territoire en veillant à la préservation, voire la restauration, d'un réseau de continuités écologiques, favorables à la biodiversité. Comme l'a rappelé la ministre, "l'économie repose largement sur ce que la nature met à notre disposition (eau, alimentation, sols riches en humus...) et sur les services que les écosystèmes nous rendent. Le capital naturel est donc aussi un capital économique."

    Projet national, la Trame s'inscrit plus largement dans le nouveau plan stratégique de la convention internationale sur la diversité biologique de 2010 et les objectifs de l'Union européenne. Au-delà de la biodiversité "remarquable" (espèces rares, milieux naturels exceptionnels...), elle vise la biodiversité "ordinaire", celle du quotidien, dans les jardins privés, parcs urbains, champs, zones humides, cours d'eau... Il s'agit de rétablir les corridors écologiques pour le retour d'une circulation naturelle des espèces et un fonctionnement normal des écosystèmes. En effet, faune et flore ont besoin de nombreux espaces pour accomplir leur cycle de vie (alimentation, reproduction...).

    La Trame s'attache notamment :
    ? sur le plan écologique : à réduire la fragmentation1 des territoires naturels, permettre le déplacement des espèces, préserver la fonctionnalité des écosystèmes et donc leurs services rendus (pollinisation, qualité de l'eau...),
    ? sur le plan du développement local : à améliorer le cadre de vie, la qualité et la diversité des paysages, favoriser un environnement propice aux activités économiques.

    La mise en oeuvre de la Trame verte et bleue a été confiée au Comité national : rattaché au ministre chargé de l'environnement et au ministre chargé de l'urbanisme, il garantit la cohérence nationale et régionale de la mise en oeuvre de la Trame. Un Centre de ressources a également été créé afin d'offrir un soutien méthodologique à tous les acteurs impliqués.

    Il revient ensuite aux régions et aux collectivités locales de planifier et de mettre en application ces orientations. La loi Grenelle 2 prévoit à cet effet des comités régionaux, associés à l'élaboration du schéma régional de cohérence écologique (SRCE)(1). Il appartiendra aux collectivités locales de décliner la Trame dans leur plan d'urbanisme et leurs aménagements opérationnels (infrastructures de transport, restaurations écologiques...).

    Les initiatives dans le sens de la Trame verte et bleue sont déjà nombreuses. Quelques exemples : pour participer à la préservation de l'écosystème, un cultivateur du réseau Agrifaune a planté 5 km de haies en 2010 sur son exploitation des Deux-Sèvres... Afin d'aider la faune à franchir une autoroute, un éco-pont a été mis en place sur l'A75 dans le Cantal... Sous la voie de contournement sud de Beauvais (Oise) ouverte en 2008, ont été aménagés de nombreux passages à amphibiens appelés batracoducs...

    Enfin, les citadins, sans forcément en avoir conscience, contribuent eux aussi à la préservation de la biodiversité en cultivant des jardins collectifs, ou simplement, en fleurissant leur balcon. Il est ainsi conseillé aux propriétaires de terrains ou de jardins, d'aménager des ouvertures dans leurs clôtures, afin de laisser circuler la petite faune, tels que les crapauds ou hérissons.

    Communiqué du Premier Ministre - République Française


    Les trames vertes et bleues adoptées par le Sénat

    Paris - Selon l?article 76 du projet de loi Grenelle II, "la trame verte et la trame bleue ont pour objectif d'enrayer la perte de biodiversité en participant à la préservation, à la gestion et à la remise en bon état des milieux nécessaires aux continuités écologiques, tout en prenant en compte les activités humaines, et notamment agricoles, en milieu rural".

    "À cette fin, ces trames contribuent à :
    - diminuer la fragmentation et la vulnérabilité des habitats naturels et habitats d'espèces et prendre en compte leur déplacement dans le contexte du changement climatique ;
    - Identifier, préserver et relier les espaces importants pour la préservation de la biodiversité par des corridors écologiques ;
    - Atteindre ou conserver le bon état écologique ou le bon potentiel des eaux de surface et des écosystèmes aquatiques ;
    - Prendre en compte la biologie des espèces sauvages ;
    - Faciliter les échanges génétiques nécessaires à la survie des espèces de la faune et de la flore sauvages ;
    - Améliorer la qualité et la diversité des paysages

    Tel qu?il est défini par le projet de loi, un programme national de trames élaboré à l?échelle nationale sera décliné au niveau régional en respectant les orientations définies. «Et les projets, notamment d'infrastructures linéaires, de l'État, des collectivités territoriales et de leurs groupements prendront en compte les schémas régionaux de cohérence écologique devront s?y conformer".

    En attendant, il reste à savoir comment s?articuleront les trames vertes avec les zones « Natura 2000 » et si les deux dispositifs ne vont pas compliquer l'exploitation des terres.

    Source : terre-net.fr


    Les enjeux de la biodiversité

    Paris - Après 4 milliards d?années, la terre connaît une situation inédite, qui fait dire à certains scientifiques que nous sommes à l?aube de la 6ème extinction des espèces. Quelques données suffiront à étayer la démonstration. Le taux d?extinction des espèces est depuis quelques siècles 1000 fois supérieur à celui que l?on évalue tout au long de l?histoire de la planète. Le résultat pour la France métropolitaine est qu?en 2009 19% des reptiles, 21% des amphibiens, 26% des oiseaux nicheurs et 9% des mammifères sont menacés.

    Cette dégradation de la biodiversité procède de plusieurs facteurs :
    - appauvrissement du capital génétique du fait de la fragmentation des territoires
    - diminution des aires de nourrissage, de nidification ou de repos
    - installation d?espèces envahissantes
    - surexploitation des espaces et ressources naturels
    - changements climatiques
    - pollutions ?

    Les conséquences sont visibles : 60 % des services vitaux fournis à l?homme par les écosystèmes sont en déclin alors que 40% de l?économie mondiale ainsi que la subsistance d?une grande partie de l?humanité dépendent directement de ces écosystèmes.

    Cet appauvrissement de la biodiversité a un coût ! De l?ordre de 3 100 milliards d?euros par an, soit 6% du PIB mondial, selon le rapport d?étape de l?étude lancée début 2008 par la Commission européenne et coordonnée par l?économiste indien Pavan Sukhdev.

    L?action est donc plus que jamais essentielle pour répondre à l?enjeu.

    Une mobilisation mondiale, une ambition nationale

    En 2002, lors du sommet du développement durable à Johannesburg, la communauté internationale s?est saisi de cet enjeu mondial et s?est fixée l?objectif de réduire la perte de biodiversité à l?horizon 2010.

    La France, de par sa présence sur 4 continents et au bord de 3 océans, au 4ème rang mondial des pays abritant le plus grand nombre d?espèces animales menacées et au 9ème rang pour les plantes menacées, porte une responsabilité majeure en matière de préservation et de restauration de la diversité biologique. C?est la raison pour laquelle elle s?est doté dès 2004 d?une Stratégie nationale pour la biodiversité.

    Avec le Grenelle Environnement, elle va plus loin et s?apprête à mettre en ?uvre des dispositions très audacieuses. La constitution d?une Trame verte et bleue nationale est une mesure phare de cette ambition. Véritable outil d?aménagement du territoire, sa vocation est de permettre la création sur l?ensemble du territoire national de « continuités écologiques » indispensables à la survie de très nombreuses espèces.

    Les enjeux de biodiversité doivent aujourd?hui être intégrés à toutes les échelles des politiques publiques, du national au local, dans tous les secteurs d?activités. Chaque acteur doit prendre pleinement conscience du rôle majeur qu?il a à jouer en la matière. La consultation Trame verte et bleue entend contribuer à cette prise de conscience nationale.

    Source : Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer

     Tiré à part 

    Le "Journal Communautaire Interactif ©" est une création @picom  - e-mail : journal@j-c-i.com
    Informations légales
    Propositions
    d'articles ou d'anecdotes
       Géosciences
       Environnement
     
    Propositions de photos,
    schémas ou dessins
       Réception iconogaphie
     
    Boîte à lettres
    vos questions & nos réponses
       Courrier des lecteurs
     
    Nos coordonnées