Nombre de Terriens le 19/08/19 : 7 725 000 000 Lecteurs & acteurs
COLLAPSOLOGIE
Fin du monde
Vous avez envie de nous faire part d'une expérience personnelle (mission ou vacances géologiques à l'étranger, point de vue sur l'environnement, etc.). Cette rubrique vous attend !

  • Phénomènes terrestres (3 articles)
  • Les ressources naturelles (2 articles)
  • L'amiante
  • Le radon
  • Les déchets radioactifs et leur gestion
  • Nettoyants écolos "maison"
  • Videos et Portails
  • Pour ou contre les éoliennes ?
  • OneGeology-Europe: La première carte géologique européenne en ligneg|
  • Capture et stockage CO2
  • Les Moteurs à Combustion interne à l?Hydrogène
  • Le pétrole en France
  • Sauver la planète et protéger les espèces menacées : une belle hypocrisie
  • Le corium de Fukushima
  • OBJETS ET HISTOIRE
  • Les climatoseptiques contre-attaquent
  • Dix lieux spectaculaires en Amérique du Sud
  • Les cinq trous les plus fascinants du monde
  • Les pires inondations de l’histoire du monde
  •  OBJETS ET HISTOIRE
    Mine de rien et... pourtant !

    Qu?est-ce qu?un diamant étincelant et un crayon à papier ont en commun ? Le diamant est très solide tandis que le graphite de la mine du crayon est fragile. Pourtant, ces deux matières ont la même composition : le carbone. Mais c?est la configuration des atomes de carbone qui fait toute la différence (géniale dame nature).L?ancêtre du crayon a vu le jour au XVIe siècle, après la découverte d?un gisement de graphite extrêmement pur à Borrowdale, en Angleterre. Ce minerai est alors appelée plombagine, un nom signifiant « sorte de plomb ». Il a fallu attendre la fin du XVIIIe siècle pour que le chimiste suédois Carl Scheele découvre que le graphite ne contient pas de plomb, mais est une forme cristalline particulière du carbone. C?est le géologue allemand Abraham Werner qui lui a donné le nom de « graphite », ou « écrire » en grec ! Ce nouvel instrument d?écriture à base de graphite a progressivement remplacé les pointes de métal (plomb et étain) qui étaient utilisées pour écrire depuis l?Antiquité. Les crayons de couleur, dont la mine est un mélange de pigments, de résine et d?argile, sont apparus au début du XXe siècle.

    En 1565, Konrad Steiner dessina le crayon dans sa forme actuelle, c?est-à-dire une mine de graphite insérée dans un bout de bois et même si le crayon vit ensuite des améliorations ponctuelles apportées à ses capacités ergonomiques ainsi qu?à sa solidité, sa forme, ne changea jamais... Que se passe-t-il quand on trace une ligne ? Le papier est un matériau rugueux. Cela se voit au microscope. Le carbone de la mine est organisé en feuilles minces empilées les unes sur les autres. Lorsqu?on écrit ou dessine, la mine de graphite perd des minuscules morceaux entre les mailles du papier. Ces particules de 2 à 10 millièmes de millimètre restent accrochées dans les fibres. À plus grande échelle, ces petits morceaux de graphite prisonnier constituent un trait ou un dessin. Et quand on efface ? L?effet abrasif de la gomme malmène le papier, en remue les fibres qui s?écartent, libérant les particules de carbone qui s?y collent. Le trait de crayon s?en va avec les petits brins de papier et de gomme. Le chef-d??uvre est sauvé ! Si en Europe les crayons sont revêtus de couleurs différentes, aux États-Unis ils sont surtout jaunes, reprenant la couleur du Koh-i-Noor, introduit dans ce pays en 1890 par la firme austro-hongroise Hardmuth, qui était reconnu comme le meilleur et le plus cher crayon au monde.

    C?est à partir du bois de cèdre que l?on fabrique le plus souvent l?étui qui protège la mine. Mais Il faut savoir que de plus en plus de fabricants (Staedtler, Conté, Castell) prennent conscience de la nécessité de protéger les ressources naturelles. Ainsi, Faber-Castell replante chaque année approximativement 1 million de pinus caribea (une variété de pins spécifiquement destinée à la fabrication de crayons) dans les forêts brésiliennes...

    Tout en vous souhaitant une bonne rentrée je vous invite d?abord à admirer le travail de Dalton Ghetti. En sculptant dans la mine du crayon de bois, cet artiste a réalisé de véritables chefs-d??uvre ! Une véritable leçon de patience ! Puis à méditer sur les qualités du crayon mine selon Paulo Coehlo :

    « Première qualité : comme le crayon on peut faire de grandes choses, mais on ne doit jamais oublier qu?il existe une main qui guide nos pas. Cette main nous l?appelons Dieu. Et il doit toujours pouvoir la diriger selon sa volonté. »

    Seconde qualité : de temps en temps, il me faut arrêter d?écrire pour utiliser un taille-crayon. Cela fait un peu souffrir le crayon, mais il en sort plus affûté. Ainsi faut-il qu?on apprenne à endurer certaines douleurs, car elles feront de nous de meilleures personnes. »

    « Troisième qualité : le crayon nous laisse toujours la possibilité d?utiliser une gomme pour effacer ce qui ne va pas. On doit comprendre qu?effacer quelque chose que l?on a fait n?est pas nécessairement mal, et que ça peut être quelque chose d?important pour rester sur le droit chemin. »

    « Quatrième qualité : ce qui importe vraiment dans ce crayon, ce n?est pas le bois ou la forme extérieure, ce qui compte c?est la mine à l?intérieur. Alors, faisons bien attention, toujours, à ce qui se passe en nous. »

    Enfin, « cinquième qualité : il laisse toujours une trace. De la même façon, tout ce que nous ferons dans notre vie laissera des traces et qu?il faut essayer d?être conscient de chacun de nos actes... »

    Source: lorientlejour.com - Auteur: Marise Kassab 16/09/2011

     Tiré à part 

    Le "Journal Communautaire Interactif ©" est une création @picom  - e-mail : journal@j-c-i.com
    Informations légales
    Propositions
    d'articles ou d'anecdotes
       Géosciences
       Environnement
     
    Propositions de photos,
    schémas ou dessins
       Réception iconogaphie
     
    Boîte à lettres
    vos questions & nos réponses
       Courrier des lecteurs
     
    Nos coordonnées