Nombre de Terriens le 04//09/19 : 7 727 000 000 Lecteurs & acteurs
GEOSCIENCES
Les sciences de la Terre
Les sciences de la Terre comprennent la géologie en général (ex. : la minéralogie, la volcanologie, la paléontologie), l'hydrosphère (ex. : l'océanographie), l'atmosphère (ex. : la climatologie), etc.

  • Planète Terre - Généralités (1 article)
  • Les continents actuels (2 articles)
  • L'hydrosphère : l'eau terrestre (8 articles)
  • Les minéraux (1 article)
  • L'origine des animaux terrestres
  • Les 5 plus gros diamants du monde
  • Lexique des termes employés dans le nucléaire
  • Silex... du nouveau !
  • Pétrole et gaz : risquez-vous un forage près de chez vous ?
  • Des micro-organismes particulièrement résistants dans l'espace
  • CNRS: le Big Bang
  • Les nouveaux matériaux inspirés du graphène
  •  L'origine des animaux terrestres
    Paléontologie : Quel était le premier animal terrestre ?

    Rendons à la grenouille ce qui revient à la grenouille. Nous lui devons beaucoup, mais nous ne l'avons trop longtemps apprécié, paraît-il, que pour ses cuisses. Pourtant cela fait longtemps qu'elle coasse à qui mieux mieux que, si le singe est descendu de son arbre, elle est pour sa part sortie de l'eau. Que la manoeuvre était autrement risquée et porteuse d'avenir. Et que, par conséquent, elle est le véritable ancêtre terrestre de l'homme, et même de la plupart des animaux peuplant la planète. Elle provient en ligne quasi directe de la première bête à avoir pu vivre hors de l'eau, directement sous le soleil et en respirant l'oxygène de l'atmosphère. Créant du même coup les dinosaures et les mammifères.

    Mais avoir les pieds sur terre n'a pas été simple. La paléontologie, l'étude des fossiles ? par la morphologie, la datation, la comparaison, etc., maintenant épaulée par de nombreuses autres disciplines, a permis de dresser les grandes lignes de l'évolution des formes de vie au cours du temps. En voici schématiquement le déroulement (les spécialistes pardonneront les simplifications).

    La planète Terre s'est formée il y a quelque 4,5 milliards d'années. Il lui faudra se refroidir et se condenser pendant environ 1 milliard d'années pour qu'elle soit presque entièrement recouverte d'eau. Un vaste continent unique, très chaud et désertique (la Pangée) seul émerge. Dans l'eau, petit à petit, les molécules présentes interagissent, se complexifient. Des assemblages se forment. Cette drôle de cuisine prend également grosso modo un milliard d'années. Il y a donc 2,5 milliards d'années, les premières cellules vivantes étaient apparues.

    Puis il faudra laisser tout ce petit monde batifoler un peu moins de 2 milliards d'années pour que des assemblages de cellules forment des organismes, les premiers invertébrés. Suivront les premiers vertébrés, poissons pourvus d'un squelette et d'une carapace. Toujours dans l'eau. Parallèlement, la révolution est en marche sur la terre ferme où prennent pied les premiers végétaux, des champignons et des mousses. Puis l'«invention» de la mâchoire tourneboule les espèces animales. Qui adopteront massivement cet équipement. Le développement des végétaux terrestres se poursuit et des insectes primitifs, libellules, blattes et araignées, se développent sur leurs déchets. Un peu moins de 200 millions d'années supplémentaires se sont écoulées.

    Les terres émergées sont devenues plus «attractives» car plus «accueillantes». On y trouve de la nourriture, des gîtes, des points d'eau et... de l'ombre. Ce qui va permettre aux animaux dépendant de la protection de l'eau, mais capables de passer du temps dans l'air d'étendre leurs territoires de chasse.

    L'invention de la coquille

    L'apparition d'alternance saisonnière humide et sèche, asséchant certains points d'eau, a sans doute favorisé la survie et donc la prolifération d'individus pouvant se déplacer pour en rechercher de nouveaux. Ainsi émergent, à partir d'une branche de poissons primitifs ? et pas à partir des plus élaborés de l'époque ?, les premiers amphibiens. Ils donneront naissance aux reptiles (qui peuvent les premiers pondre leurs oeufs sur Terre grâce à l'«invention» de la coquille) et à leurs représentants les plus célèbres, les dinosaures, puis à tous les vertébrés terrestres que portera la Terre.

    Il y a un siècle, les «savants» discutaient encore opiniâtrement de la réalité d'un tel processus. Et pas seulement pour des raisons bibliques. Aujourd'hui, on continue de combler les «trous», les chaînons manquants de cette généalogie, mais aussi et surtout on s'attache à comprendre le comment. Comment «passer» d'un poisson à un amphibien. D'un amphibien à un reptile. D'un reptile à un oiseau et aux mammifères.

    La recherche fait plus que chercher la petite bête. Tout est dans le détail «constructif». Parmi les derniers exemples en date, l'étude menée sur les restes fossilisés d'une très étrange créature, dotée d'une tête de dinosaure, d'un corps de crocodile à quatre membres nageoires et d'une queue de poisson. Surnommée «godzilla» par les chercheurs, elle vivait il y a quelque 135 millions d'années, à l'ère secondaire, au tournant du Jurassique et du Crétacé. Cet être hybride pourrait avoir été un de ces culs-de-sac de l'évolution, une sorte de coup d'épée dans l'eau.

    Autre exemple, un petit os de l'oreille interne trouvé sur un fossile permet de mieux comprendre la formation de cet organe entre poissons et amphibiens. Les fossiles montrant des animaux possédant des organes doubles, par exemple à la fois des branchies et des poumons, ou des nageoires avec des squelettes de pattes sont également très prisés. Car l'évolution n'est pas un long fleuve tranquille. Elle est parfois cours d'eau majestueux, torrent, lac, marais où ses diverticules s'éteignent. Surtout, elle ne coule pas toujours de bas en haut. Ainsi des poisons devenus animaux terrestres ont-ils fait le chemin inverse pour retourner dans l'eau et redevenir poissons, retransformant leurs pattes en nageoires. Ainsi en est-il des ancêtres des baleines et dauphins... Mais la grenouille demeure, elle, fidèle à son poste, pour nous rappeler, par son exemple, qu'il faut toujours maintenir la tête hors de l'eau.

    Source : Le Figaro du 8 février 2006

     Tiré à part 

    Le "Journal Communautaire Interactif ©" est une création @picom  - e-mail : journal@j-c-i.com
    Informations légales
    Propositions
    d'articles ou d'anecdotes
       Géosciences
       Environnement
     
    Propositions de photos,
    schémas ou dessins
       Réception iconogaphie
     
    Boîte à lettres
    vos questions & nos réponses
       Courrier des lecteurs
     
    Nos coordonnées